Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 23:28
De la désindustrialisation des Ardennes

En matière d'industrie, il existe grossièrement trois niveaux. La haute, la moyenne et la faible technologie,

Dans les Ardennes, nous avons vécu une ère de prospérité avec la metallurgie, la forge et l'estampage et grâce au textile.

Certes, des salaires bas pour la classe ouvrière, mais le plein emploi.

Certes, des patrons bien plus riches, mais du cru et qui vivaient dans le même village que leurs salariés.

Au fil des ans, notre industrie a partiellement glissé de la moyenne vers la faible technologie, à mesure que les progrès technologiques et les innovations techniques émergeaient par ailleurs.

Dans les années 70, l'industrie automobile et ses grands groupes (Harrison, Ford et Citroën) vinrent avantageusement compenser en trompe l'oeil les premières défaillances de notre tissu industriel familial.

Trente ans plus tard, ces grands groupes furent à leur tour touchée par le même mécanisme faisant fondre les marges des unités ardennaises.

De patrons locaux, les ouvriers et employés ardennais ont découvert les dirigeants anonymes avec leurs sièges sociaux et centres de décision éloignés.

Encore, l'emploi était-il au rendez-vous.

Malheureusement, en matière d'emploi, dans l'industrie de plus faible technologie, le constat est cruel. A ses marges de production réduites, le salarié ne peut opposer au concurrent que sa force de travail plus importante.

Et c'est dans ce contexte que, malgré un chômage à la hausse et un début de décrochage entre les chômeurs et le retour au salariat (apparition du chômage de longue durée), le smic a poursuivi sa hausse, sans rapport avec les progrès de compétitivité des entreprises, rognant toujours plus sur des marges déjà réduites.

Après un passage de 40 à 39h et une 5ème semaine qui achevèrent les dernières vélleités de la branche textile ardennaise, ce fut au tour de l'industrie metallurgique de perdre pied avec les 35h. Ajoutons à cela les conséquences cumulées de la difficulté pour les PME à mobiliser des capitaux, provoquant les rachats par des fonds de pension et l'on explique alors une bonen partie des dégats que l'on a connu dans la Vallée.

Plus de capitaux propres, plus d'investissement, des couts salariaux non conpensés par la productivité, un temps de travail réduit et, faute d'industrie innovantes, des services "Recherche et Développement" fermés, les Ardennes ont été parmi les plus grandes victimes de la politique mise en place depuis 1981 consistant à reancer l'économie par la consommation à grands couts d'augmentation des déficits publics.

Il y a peu, à Charleville-Mézières, j'ai lu sur un tract la mention suivante : "touche pas à mes 35h !".

Combien rêveraient aujourd'hui de les atteindre ces 35h .... depuis si longtemps qu'ils n'ont plus de travail et vivent d"expédients sociaux...

Favorisons la Recherche et le Développement, Encourageons l'investissement dans le Capital productif, augmentons la TVA et les taxes écodurables au profit d'un allègement des charges salariales, Soutenons les investissement des entreprises vers l'outil de travail, Libérons le travail !

Le travail, c'est le motif de fierté du peuple Ardennais, celui qui lui permettait aussi de se rebeller, de ne pas courber l'échine.

Qu'il était bon le temps où l'ouvrier pouvait se plaindre du patron. Il connaissait son visage qu'il voyait tout au long de la semaine et il le croisait le dimanche matin à la même boulangerie.

A suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier LAURANT
commenter cet article

commentaires

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche