Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 19:20

gilles-carrez-isf-budget-bouclier-fiscalCe matin, en partant au travail, j'ai eu la bonne idée d'écouter Europe 1. Gilles Carrez, le rapporteur du budget était interwievé par Jean-Pierre Elkabach.

Je dois dire que je connaissais peu le bonhomme. Il m'a fait trés bonne impression. Pas un de ces sbires du Président, porte flingue à la FrédéricLefèbvre ou mielleux à la Xavier Bertrand.

Rappelant l'endettement de l'Etat qui atteint cette année 80% du produit intérieur brut Français (PIB) alors qu'il ne représentait que 21% en 1980 sous le gouvernement Barre, Gilles Carrez a confirmé l'absolue nécessité de réduire la progression des dépenses publiques dont nous sommes les recordmans mondiaux.

Evidemment, ces dépenses expliquent en grande partie la qualité de nos services publics et le rôle d'amortisseur social pendant la crise que nous subissons. Toutefois, elles ne doivent pas occulter l'obligation d'être plus attentifs à leur progression.

De même, il a rappelé la necessité de mettre fin à toutes les niches fiscales et sociales qui font que trop de recettes potentielles sont exonérées. Il faut savoir ce que l'on veut. On ne peut pas réclamer une Etat providence et dans le même temps, faire la course à l'exonération.

Enfin, concernant l'épineux problème du bouclier fiscal, élevé au rang de symbole du Sarkozysme flamboyant (époque Fouquet's), celui-ci, comme tous les Centristes, prône sa suppression au même titre que l'ISF, impôt largement aussi imbécile que le bouclier.

Reste à savoir si l'auteur du rapport Carrez de 2006 qui alertait déjà le gouvernement sur l'Etat d'endettement de la France aura comme pouvoir pour appliquer ce que j'ai entendu ce matin à la radio.

Depuis 35 ans, rares sont les politiques qui ont choisi de mettre de côté les prochaines échéances électorales et l'opinion publique au profit de l'avenir et de la sauvegarde du système économique à la Française.

D'ailleurs, en conclusion de l'entretien, Gilles Carrez indiquait que le meilleur moment pour supprimer l'ISF était le début de la mandature en raison des idéologies qui dominent souvent les débats et empêchent toute réforme de ce type.

Nous voilà déjà en 2012. En attendant, la dette s'accumule sur le dos des générations futures ....à suivre !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche