Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:01

bayrou 2012C'est le moment, c'est l'instant ! Après de longues semaines d'hyper activité professionnelle, élective et associative, me voici de retour, avec bonheur sur mon blog.

J'aurais tant aimé réagir de manière plus prompte sur tant de sujets qui m'ont horrifié depuis que la campagne présidentielle s'est éloignée du sujet qui aurait dû représenter le centre des intérêts : l'endettement du pays, les conditions de son redressement et les moyens de protéger notre système social à la Française tout en préservant et même en améliorant sensiblement notre compétitivité sur les marchés internationaux.

Il n'en fut rien.

Avec un savoir faire qui me laisse pantois, les candidats ont réussi l'exploit d'allumer suffisamment de contre feux pour que le principal devienne accessoire et vice versa.

Avant de dire pourquoi je voterai dimanche, avec force et conviction, pour François Bayrou, alors même que je n'ai jamais appartenu au Modem, parti que je fus en mars 2008 de la nouvelle UDF et revenu au côté de Jean Arthuis à l'Alliance Centriste en 2010, je vais me livrer à un rapide tour d'horizon des protagonistes en lice.

Commençons par les plus comiques ou les plus tristes selon l'humeur du jour.

A l'extrême gauche, nous aovns eu droit à nos traditionnels azimutés. Cette fois-ci, ce fur la passionaria Nathalie Arthaud et le sympathique Philippe Poutou. La prmeière parait habité par le diable, le second est digne d'un film de "boules" à la Marc Dorcel !! Dans les deux cas, ils se rejoignent sur un point : ils rêvent du grand soir, de la révolution, il sont utopiques à l'extrême et, à ce titre, complétement décrédibilisés.

Je passe rapidement sur le cas de Jacques Cheminade, dont je n'ai toujours pas réussi à détemriner s'il était vraiment dingue ou alors, si intelligent qu'il serait le seul à se comprendre, tel le messie lors des premiers jours de prêche. Gratiné le bonhomme !

Suivent ensuite les deux extrêmistes "soft". Pourquoi soft ? me direz-vous. Eh bien, ils ont réussi tout deux à rendre audible pour un quart des français ce qui conduirait à l'asile dans bien des démocraties européennes et mondiales. D'un côté, Marine Le Pen, digne héritière de son père, avec le rouge à lèvre en plus, qui a réussi a banalisé l'intolérance, à décompléxer le pequenaud, le petit raciste du dimanche. De l'autre, Jean-Luc Mélenchon, formidable orateur, vainqueur toute catégorie de la fumisterie, capable d'énoncer n'importe quelle thèse farfelue avec l'aplomb d'un Maréchal de France. Il est actuellement le plus dangereux parce que le plus capable de faire passer des idées délirantes alors même qu'il n'y croit pas lui-même une seconde.

Il aime, il adore le pouvoir.

Pour Nicolas Dupont-Aignan, nous voilà dans la tradition du candidat de droite qui prend sa branlée de premier tour. Un classique du genre. Une sorte d'extrême droite pas dangereuse qui décomplexerait ceux qui craignent d'être démasqué un bulletin FN dans les mains. Au delà de cela, je le crois par contre trés sincère dans ses convictions et sans aucune arrière pensée. Ce qu'il propose est à côté de la plaque, c'est tout. Au moins, choisit-il des sujets sérieux.

Aaaaaahh, Eva Joly. Je n'ai toujours pas compris comment les verts ont pu choisir une telle candidate, si ce n'est par une hallucination collective !! Elle s'est plantée de a à z. Jamais dans le tempo, elle restera sans doute comme l'une des plus belles erreurs de casting.

Restaient alors pour moi trois candidats.

J'ai voté Hollande à la primaire. La charte des valeurs socialistes ne me pose aucun problème de conscience. C'est un homme intelligent, plein d'humour et largement capable de gouverner le pays. Reste le problème de son programme... et là, ça coince sérieusement. augmentation du SMIC, suppression de la hausse de la TVA, embauche de 60000 fonctionnaires, etc etc, on croit rêver ! Comment un homme si intelligent peut-il se résoudre à débiter tant de mensonges pour être élu ? son programme est mort né. Il ne mettra pas le pays en situation de banqueroute et ne pourra donc pas appliquer sa politique. Une question s'en suit alors : quelle politique inventera-t-il dans l'urgence ?

Ce n'est pas sérieux.

Nicolas Sarkozy correspond à ma famille de pensée économique, fiscale, de valeurs de travail et d'efforts. Problème. cette famille, je l'ai quitté avec son avènement. Incapable de prévoir, de planifier, de construire dans la durée, celui-ci a toujours préféré la réaction à l'action. Impulsif, il a fait montre d'un manque de maitrise de soi. Quel gachis lorsque l'on mesure ses capacités, notamment pour traiter de usjets courageux ou pour maintenir à flot l'image du pays. Trop sûr de lui, il a foulé au pied la démocratie chrétienne, les valeurs humanistes, la tolérance ou la solidarité, considérant les membres de cette famille de pensée comme le croupion de l'UMP.

 

The last one.

En 2009 ou 2010, j'étais bien loin de penser que je ferais à nouveau avec tant de convictions la campagne de François Bayrou. Ses années erratiques, sans ligne claire pour son parti, si ce n'est cette obsession du "ni ni", quitte à disparaitre de toutes les assemblées électives, m'avait fait jeter l'éponge.

C'est grâce à Jean Arthuis, homme droit et sans concession pour les fantaisies politiques, que j'ai pu cheminer, deux ans durant vers un retour progressif et assuré à la candidature de François Bayrou.

Nonobstant ses défauts, il a été le seul durant cette campagne à réhausser sans relâche le niveau du débat de cette campagne. Les français lui en sont grées avec un taux de sympathie de plus de 70 %. Il a été le candidat de la responsabilité, celui du traitement de la dette, celui de la nécessite de la reconquête du "produire en France", celui du fédéralisme européen, celui de la vérité sur la fin des niches fiscales, sur la nécessité de serrer les obulons, de ne pas engager de nouvelles augmentations budgétaires.

Plus simplement, François Bayrou a été le Raymond Barre de cette campagne. En 1988, trop jeune de 6 mois, je n'avais pu voter pour cleui qui est mon exemple en politique. Depuis 24 ans, chacun reconnait qu'il fut une chance manquée pour le redressement du pays.

Dimanche, j'irai donc voter pour le Raymond Barre de 2012, celui qui ne ment pas, celui qui n'a pas peur de regarder la vérité en face, celui qui ne prend pas les électeurs pour des boeufs qui iraient à l'abattoir, halal ou pas, sans rechigner : François Bayrou.

C'est un choix raisonné. Je ne vous demande qu'une chose : faites de même dimanche.

A suivre, dimanche à 20h .... ou plus tôt !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Présidentielle 2012
commenter cet article

commentaires

Michel 21/04/2012 12:19

Pas de problème Olivier, tout cela je l'ai toujours compris ou pressenti sans faillir.

Ma voix est donc à nouveau acquise à François Bayrou.

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche