Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 13:59

chomage-copie-1.jpgLe concept (on ne peut pas parler d'autre chose tant l'idée était peu étayée) d'un temps de travail partagé entre tous pour permettre à la société de consommation et de loisir de s'épanouir, est en train de vivre ses dernières heures.

Lorsque Martine Aubry, trompée par une situation économique ponctuellement florissante, a choisi de réduire le temps de travail à 35 heures et de dilapider le pactole plutôt que de désendetter l'Etat, elle a commis là l'une des plus belles erreurs d'appréciation d'un gouvernement en période aisée.

Persuadée que le reste du monde était composé d'abrutis uniquement capables de produire pour nous pendant que nous concevrions des produits élaborés bourrés de valeur ajouté, Martine aubry et le gouvernement Jospin avaient alors parié sur la baisse du temps de travail pour permettre de développer une économie du plaisir, du loisir, du tourisme, en résumé, de la glandouille.

Quinze ans plus tard, le constat est vraiment cruel pour l'ancienne ministre du travail.

Pendant que nos usines de production disparaissent une à une, plombée par la compétitivité des continents émergents, que nos ingénieurs sont régulièrement supplantés par d'autres pays jusque peu considérés comme incapables de faire autre chose que de la copie, nous restons plantés, impuissants, avec des régles de travail contraignantes, appliquées à une élite toujours plus réduite. En effet, travailler en France, ne serait-ce qu'au smic, est devenu un véritable luxe, un saint graal.

Un Ardennais qui vous dit aujourd'hui qu'il a trouvé une CDI, 35 h, même au smic, est considéré comme un privilégié. un monde fou ! 

Les syndicats salariés  et la gauche ne veulent pas qu'on touchent aux trente cinq heures mais ils oublient que nous avons depuis longtemps créé, avec les TUC il y a vingt cinq ans, une sous classe de "travailleurs-bic-jetables", les contrats aidés, sur-utilisés par les collectivités locales sans que cela fasse sourciller le moins du monde.

 

La société de consommation avec des usines honnis et des activités tertiaires, culturelles et de loisirs portées aux nues, a pris une claque.

Hier, Virgin a annoncé sa prochaine mise en cessation de paiement, les activités culturelles non subventionnées tombent une à une.

Dans les Ardennes, le festival de musique de la Cassine a été annulé pour 2013 ; le festival médieval est suspendu à des décisions d'efforts politiques. Pour combien de temps encore, l'Etat et les collectivités pourront-elles alimenter de manière factice l'économie de loisirs et de consommation ?

 

Barack Obama a évité le "mur budgétaire" il y a quelques jours. Pourquoi attendre cette échéance en France ? qu'avons-nous à proposer qui ne coûte rien au pays si ce n'est notre force de travail ?

Baissons le cout du travail, faisons travailler plus longtemps les bureaucrates dans mon genre, arrêtons les privlèges d'un autre temps dont profitent quelques castes bien protégés par des lobbys qui oublient trop souvent de s'occuper de l'urgence : les chômeurs. 

Que faisons-nous des hommes et des femmes qui travaillaient massivement dans les usines ? Qu'avons-nous à leur proposer ? des formations, des contrats d'insertion, des contrats aidés ?

 

Nous devons à nouveau produire en France, fin de la récréation.

L'utopie de l'an 2000 a vécu et fait beaucoup de dégats. Poursuivre serait mettre en danger tout le principe de solidarité français (je n'ai pas dit assistanat, j'ai dit solidarité, il y a une marge énorme).

Montebourg remue du vent et amuse la galerie comme Sarkozy à ses plus belles heures. si certains le trouvent marrant, d'autres efficaces, je le trouve pour ma part pathétique.

Une solution est sans doute de tout mettre en oeuvre (allongement du temps de travail, hausse de la TVA et transfert des charges sociales vers la consommation, défiscalisation des investissements productifs, report de l'âge de départ à la retraite pour les emplois non pénibles, incitations fortes pour les contrats de pro et périodes de professionalisation sans effets de palier de conditions d'âge, etc...) pour que prendre des initiatives et travailler redeviennent des valeurs de base, pas de se montrer sur tous les lieux où la cause est presque entendue et où toute intervention est malheureusement bien tardive.

On a soupé de la politique spectacle avec Sarkozy, voilà que Montebourg, Hollande nous servent la même soupe !

l'U.D.I. est ses amis du MoDem ont cette capacité ... mais pas le pouvoir ! ... à suivre !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Michel 11/01/2013 11:37

Rien à redire sinon à insister sur les dispositifs applicables aux métiers pénibles et aux carrières longues.

Quant au chômage, Pépère nous donne un exemple et il y en existe probablement beaucoup d'autres, de ce qui pourrait être fait pour donner du boulot à tout le monde. Hélas, comme il l'écrit il
existe d'autres contingences inavouables.

PEPERE 08/01/2013 07:21

TCHAO PANTIN.
Tout le monde se rappelle du film avec Coluche,mais depuis,on a supprimé les pompistes,ERREUR.
La consommation de carburant est de 45 millions de tonnes par an,pour 12000 stations (j'ai vérifié).Si chaque station embauche 3 pompistes et répercute les salaires sur le prix du litre,ça fait
0,01 centime.
Je suis un génie,je viens de créer 36000 emplois en CDI.....Mais personne ne le fera,les chomeurs sont bien trop utiles aux politicarts pour se faire élire.

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche