Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 12:07

bayrou-2012.jpg

AAA la queue leu leu, AA+ la queue leu leu, tout le monde s'écharpe AA+ la queue leu leu !

Nous y sommes.

Le triple A est enterré et avec lui les dernières illusions d'une France qui serait exempte de tout effort pour redresser ses finances et son économie pour éviter la banqueroute.

Nicolas Sarkozy a été élu sur un programme qui faisait clairement fi des problématiques d'équilibre budgétaires. On peut même dire qu'il était pour le moins arrogant vis à vis de nos ^partenaires européens en déclarant qu'ils ne dicteraient pas sa conduite en la matière. On a vu le résultat.

Les sujets brulants ont bien été traités mais jamais avec le recul et la profondeur nécessaire. Le temps de travail reste insuffisant, les coupes budgétaires mal choisies mais pourtant insuffisantes, la réforme des retraites en forme de demi-molle ce qui me fait dire que nous y retourneront avant la fin du prochain quinquennat et enfin, malgré des réformes insuffisantes, il s'est mis à dos une grande partie de l'opnion publique par des lois délirantes tant elles étaient mal à propos comme le paquet fiscal (loi TEPA) ou encore lé réforme de la taxe professionnelle et j'en passe.

De son côté, François Hollande se retrouve dans la même situation que ses prédécesseurs socialistes, coincé entre les adorateurs du grand soir anti-capitaliste (il en existe encore !) et les sociaux démocrates. A ne pas trancher entre les deux, le voilà pris dans une spirale d'indécision, manquant totalement de cohérence. Ainsi, on peut se retrouver aussi bien avec Benoit Hamon qu'avec Emmanuel Valls pour défendre son projet. Ce n'est plus un grand écart, c'est un viaduc.

 

Ces deux favoris vont encore descendre dans les intentions de vote à mesure que la campagne va avancer.

Reste deux candidats.

Marine Le Pen n'a absolument aucune idée de la manière dont elle gouvernerait. Ses propositions, aussi démagos soient elles, sont toutes plus délirantes les unes que les autres. Seuls les désespérés voteront pour elle. Cela pourrait bien atteindre 20% au premier tour. Sans espoir de l'emporter, ce vote est le plus inuntile qui soit. Tout juste un défouloir,le vote Le Pen permet juste à une frange de la droite populaire de se décomplexer sur quelques thèmes bien vaseux.

 

Reste Bayrou. Il est en train de gagner en crédibilité à la vitesse grand V.

Depuis bien longtemps, la plupart des politiques le respect pour son esprit d'indépendance et la justesse de ses analyses. D'Attali en passant par de Closets, par un économiste ou observateur politique avisé ne prone pas l'union nationale dérrière les objectifs d'équilibre budgétaire et de redéploiement de la puissance éocnomique française.

A ce titre, François Bayrou est, sans effort, le plus légitime puisqu"il ne varie pas d'un iota depuis des années.

A gauche, les vieilles habitudes empêchent pour l'instant les ralliements vers le Centre. A droite, l'UMP prend l'eau de otute part. Les ralliements à Bayrou vont aller crescendo.

La majorité présidentielle de Bayrou n'est plus un sujet tabou. Sa majorité sera large, trés large. Les sujets qu'il traite ne permettront pas aux politiques raisonnables de ne pas le rejoindre.

Je prends donc les paris d'une victoire de François Bayrou avec des soutiens qui tourneront le dos aux deux candidats favoris dès le lendemain du premier tour.

 

Avec la perte du triple A, il n'est plus d'actualité de mentir aux français, les parlementaires rejoindront Bayrou AAA la queue leu leu.

AAA suivre ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Présidentielle 2012
commenter cet article

commentaires

Lucas Parax 17/01/2012 11:38

Bayrou n'as pas grand chose à proposer qu'une gestion rigoriste à la Mario Monti. Le centre n'est pas neutre, il reste économiquement de droite.

Olivier LAURANT 18/01/2012 19:06



C'est tout à fait vrai, le Centre ne doit surtout pas proposer autre chose qu'une gestion rigoriste. en toute chose, elle est la base de tout. Que ce soit dans nos foyers, dans les collectivités
ou dans les entreprises, rien ne s'entreprend sans ce préalable, y compris les r^ves les plus fous d'une France qui serait enfin capable de ne pas juger l'économie comme étant "de droite ou de
gauche". Soyez sûr que les économistes s'amusent bien de nos considérations partisanes. MErci beaucoup pour votre réaction et votre apport à ce blog. Trés cordialement. Olivier Laurant



Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche