Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 13:35

ardam.jpgPour être sûr d'être lu, il faut parfois passer par les grands moyens ; la provocation en est un. De ce côté là, le SMIC à 1000 € pour 40 heures hebdomadaires, c'est assez vendeur, non ?

Pourquoi ce titre ?

A l'heure où Revin vit l'ultime étape de sa longue descente aux enfers avec la fermeture programmée d'Ardam, il est grand temps d'arrêter le grand théâtre de marionnettes auquel ne manqueront pas de se prêter dans les prochains jours tous les partis politiques, syndicats et autres groupes de pression ou de bien-pensants.

Stop au politiquement correct. Voilà ce que nous allons entendre et devo dans les prochains jours et les prochains mois : "patrons voyous", "licenciements boursiers", "concurrence déloyale", patrons inhumains", "méchants", "pas gentils", etc...

La longue litanie des responsabilités de ce désastre industriel ne fait que commencer. Comme d'habitude, tout sera remis en cause sauf nous.

Et pourtant ...

Nous connaissons tous la cause profonde de l'interminable descente aux enfers des Ardennes. Des entreprises de main d'oeuvre confrontées à une hausse ininterrompue du cout du travail, sans cesse réévalué pour faire face aux retraites, à la protection sociale et à la sacrosainte baisse du temps de travail ; foutaise !

L'asservissement, l'affaissement de la dignité ne vient pas de trop travailler, mais de ne pas travailelr du tout ! L'illusion du partage du gateau travail a conduit dans une impasse dramatique toutes les entreprises de main d'oeuvre.

On n'ose à peine se souvenir du Sedan, grouillant d'activité et d'ouvriers du textile ou du Revin, grouillant d'ouvriers d'Arthur Martin.

Plutôt que de verser des Rsa socle uniquement là pour éviter la révolution du Tiers Etat, plutôt que d'augmenter sans cesse le nombre de contrat aidé sursubvenitonné par un Etat et des collectivités qui n'ont plus les moyens de leurs ambitions, pourquoi n'a-t-on pas préservé les emplois à bas cout, travaillé 40 heures, qui permettaient au peuple ardennais de garder la tête haute et de vivre dignement.

 

La hausse du cout du travail a asservi tout une partie de la population que l'on a exclu du marché de l'emploi en leur demandant toujours plus de compétences pour obtenir un emploi. Les syndicats n'ont eu de cesse de lutter pour revaloriser le SMIC sans se préoccuper de ceux qui, toujours plus nombreux, restaient sur le bord du chemin faute de trouver des emplois ne requerrant pas des qualifications au dessus de leur compétence.

Alors, je jette un pavé dans la Mare ; que vaut-il mieux aujourd'hui ?

Revin avec une population sous respiration artificielle, tombée parce que le cout du travail a rendu préférable pour une multinationale la délocalisation de l'outil de production, ou un Revin, un Sedan ou un Charleville, fourmillant de projets d'entrepreneurs locaux qui n'auraient pas peur de se lancer parce que le coût de l'emploi les rendraient capables de rivaliser avec le monde alentour ? Alors, ceux-ci généreraient à leur tour de nouveaux projets de smicards souhaitant aussi prendre leur destin en main ey élever leur condition sociale par une entreprise.

Actuellement à cela, on préfère des autoentrepreneurs miséreux, sous payés, des assistés contre leur gré, plutôt que d'accepter l'idée d'un cout du travail qui serait abaissé en travaillant plus longtemps pour justifier une technicité moindre ou une valeur ajoutée plus réduite. 

La vraie question de Revin et de tout notre département est là : que faire pour rendre du travail à une population que l'on a asservi à mesure que le cout de l'emploi augmentait ? Le reste, ce sont des prises de position de politiques et autres personnes qui, pour la plupart, n'ont jamais géré ou créé le moindre emploi de leur vie mais s'arrogent le droit de juger coupable des groupes étrangers qui ne font que prendre des décisions, certes profondément cruelles, mais dont nous sommes les principaux responsables.

 

A suivre ...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Michel 27/10/2012 12:05

Allez, une petite dernière quand même, moi qui ne me dissimule pas derrière un pseudo.

Mea-culpa, mea maxima culpa « perry » pour ma provocation ; elle se situait au second degré puisque je ne vous connais pas et, n’avait d’autre but que de savoir jusqu’où vous étiez capable d’aller.
A votre place, je n’aurais même pas répondu.

Maintenant je suis édifié, point final !

pery 27/10/2012 07:20

Si pour vous le dialogue c'est de l'insulte ,c'est aussi le signature d'un abruti en manque d'arguments, hors sujet de plus .
Travailler 40 heures pour 1000 euros (brut ? )sans protection sociale, ,dans des conditions difficiles ,on rencontre ça rarement , il faut oser le proposer ou pire l'accepter .

une autre citation d' Audiard:« Faut pas parler aux cons, ça les instruit. ».

Michel 26/10/2012 12:41

Je me demandais s'il allait oser (comme le disait Audiard : ils osent tout) et dans l'affirmative, je pressentais une réplique décalée, confuse et hors de propos dans la plus totale incompréhension
et, je l’avais anticipée !

La référence au fonctionnaire que je suis, n’avait d’autre but que de signaler que sans avoir jamais été confronté au chômage, on peut néanmoins en mesurer toute la détresse au travers de parents
ou d’amis, entre autres, voire tout simplement d’administrés qui l’ont vécu.

La réaction me confirme avec satisfaction que je ne suis pas le seul à ne jamais avoir connu le chômage ! A cette grande différence que, néanmoins j’en mesure la souffrance dans toutes ses
dimensions ! Ce qui ne me semble pas être le cas de tout le monde.

Quant à la transparence de notre hôte et rédacteur de l’article, au travers de sa réponse, elle aurait quand même dû interpeller et susciter un commentaire plus approfondi et mesuré.

Même le cul sur une chaise devant son ordinateur, il faut d’abord réfléchir avant d’écrire car, bien mal avisé celui qui critique des métiers ou, tout autre activité ou sujet d'ailleurs, dont on
ignore tout.

Alors « pery » on a son compte ou on persiste ? Pour ma part, la polémique est close car je n’en attends aucune réplique sensée.

PEPERE 26/10/2012 08:06

En Mai 68,les syndicats ont chanté "on a gagné",on a gagné 3 millions de chomeurs.Il faut se réveiller avant de mourir,une C3 sort d'Aulnay à 7000 EUROS,elle revient à 3000 en Slovaquie.Si on
continue d'EMM.....le patron de PSA,il fermera en plus Rennes et Sochaux,on aura une grande marque FRANCAISE qui fera plein de bénéfices,des actionnaires heureux et des chomeurs.
Arnaud de Montebourg pourra se mettre à P... dans les magazines en ventant le préservatif à la française.J'en ai mal pour lui.
On attaque les Chinois,pour commerce déloyal,sans blague!.....Ils délocalisent en Afrique pour 40 EUROS par ..........MOIS
En France,c'est combien de l'heure ?

pery 25/10/2012 17:53

je n ai pas parlé de fonctionnaire , sauf erreur.
Par contre une structure d'insertion n'est pas une entreprise avec un chiffre d'affaires.
mais avec des subventions.
Sinon travailler 35 ou 40 heures sur un fauteuil devant un portable ou à la chaine ,effectivement ce n'est pas la même chose.

Olivier LAURANT 31/10/2012 12:41



Exact. Je suis entièrement d'accord avec vous. Etre bureaucrate devrait permettre de travailler plus d'heures et plus longtemps. A qsuand l'arrêt de ces lois imbéciles qui mettent otut lem onde
sur un pied d'égalité (excepté les fonctionnaires). Les salariés dans les bureaus devraient travaillés plus. J'adhère.


Quant aux structures d'insertion, si elles ne réalisaient pas de chiffre d'affaires, voilà bien longtemps qu'il n'y en aurait plus une sur le territoire. Ceci dit, je vous invite à découvrir
notre structure avec plaisir ; on parle tellement mieux de ce que l'on connait (directeur@api08.fr).



Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche