Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 23:14

images-copie-1Article paru dans "Le Point" du 31 mars 2010

 

"Le déficit et la dette française frôlent des niveaux abyssaux. Sous l'effet de la crise et du plan de relance, le déficit public de la France a explosé à 7,5 % du produit intérieur brut (PIB) en 2009, tandis que la dette a bondi à 77,6 % du PIB, des records historiques qui devraient encore être battus cette année.
(...)
La dette publique, quant à elle, a bondi à 1.489 milliards d'euros. Après 67,5 % du PIB en 2008, elle continuerait de s'envoler à 83,2 % en 2010 puis jusqu'à 87,1 % en 2012, avant de commencer à refluer lentement. La limite fixée par les traités européens en la matière est de 60 % du PIB.

Les "niches fiscales" dans le collimateur de la Cour des comptes

Selon un communiqué des ministères de l'Économie et du Budget, la dégradation du déficit par rapport à 2008 est "intégralement liée aux effets de la crise mondiale" qui a provoqué un effondrement des recettes fiscales et nécessité des dépenses supplémentaires pour soutenir la croissance. Contrairement à la Cour des comptes, qui estimait en février que la hausse historique du déficit n'était pas uniquement due à la crise, mais aussi à la gestion du gouvernement qui n'a pas maîtrisé suffisamment les dépenses pour compenser les baisses d'impôts et notamment la multiplication des "niches fiscales
".
(...)"

 

A la lecture de ces déficits sans cesse en augmentation, on ne peut que se remémorer la candidature en 2007 de François Bayrou qui, seul, avait pris au sérieux les risques à venir de tels déficits.

On peut également se demander au regard de tels chiffres comment Nicolas Sarkozy peut encore s'arc bouter sur le Bouclier fiscal qui, s'il n'est qu'une infime partie du déficit, n'en demeure pas moins un symbole fort de la protection des plus aisés au détriment des plus faibles et ce, sans aucun contrôle de l'efficacité économique d'une telle décision.

A ce titre, je me félicite que la totalité des Centristes, d'où qu'ils viennent, soient unanimement contre le maintien d'un tel dispositif.

Cette protection fiscale est d'ailleurs tout autant imbécile que l'ISF. Ces deux décisions politiques ont été prises en regard de considérations populistes, électoralistes et clientélistes sans reflexion quant à leur véritable retour sur investissement.

Le vrai courage que propose le Centre uni est d'en finir avec l'ISF qui plombe le Patrimoine Français et les initiatives économiques, d'en finir avec le bouclier fiscal qui surprotège des revenus dont auraient bien besoin le budget de l'Etat pour limiter son déficit et qui donne un mauvais signal aux Français.

Après cette difficile crise, le courage sera, enfin, de prendre au sérieux la nécessité de revenir à des déficits budgétaires n'hypothéquant pas l'avenir du pays. Heureusement, le taux de natalité des Françaises nous permet d'espérer une issue moins désastreuse que nos voisins Européens en véritable panne de natalité. Jacques Marseille, récemment décédé, voyait en ce taux de natalité la possible planche de salut du pays.

A suivre... 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche