Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:51

papandreou.jpg

Des "Papandréou", nous en avons plein la classe politique, à droite, comme à gauche. Des politiciens vendant du rêve et de l'espoir sur le dos de l'endettement dans le seul but de passer devant son rival de droite ou de gauche selon qu'il soit d'un camp ou d'un autre, la France en voit passer sans discontinuer depuis trente ans et les départs de Raymond Barre et Valéry Giscard d'Estaing (en voilà un dont on s'est bien moqué et qui peut à présent relever la tête sans honte devant le bilan de son mandat).

Les élections provoquent à chaque fois leurs lots de promesses mensongères et de démagogie, nécessaires, croient-ils, à leur élection.

Georges Papandréou, au prix de mensonges éhontés a pris le pouvoir en succédant à d'autres menteurs patentés qui, confrontés à la réalité désastreuse de la finance grecque, n'avaient eu d'autres choix que de promettre la rigueur. qu'à cela ne tienne, Georges Papandréou avait à son tour promis de l'espoir et ... une autre voie pour prendre le pouvoir.

Le voilà à son tour devant ses responsabilités et ce n'est pas brillant.

Inutile del ui reprocher sa tentative de référendum. L'idée n'est pas si bête en soi, par contre, le timing est complétement à côté de la plaque. Il arrive bien trop tard.

Droite comme gauche ont menti au peuple grecque pour prendre le pouvoir.

En France, nous assistons au même ballet. Les déclarations hier de François Hollande ne sont pas pour me rassurer. La critique fort peu à propos de Nicolas Sarkozy laisse à penser que nous allons assister à un énième épisode de la course à la victoire sans se soucier de l'intérêt général.

Philippe Folliot de l'Alliance Centriste, récent soutien de François Bayrou, appelle à un gouvernement d'union nationale. Que veut dire ce terme ? Tout simplement qu'il est à présent grand temps en France de quitter le chemin pris par la Grèce, et que nous suivons également, pour prendre une nouvelle voie qui doit nous conduire à mettre au dessus de tout l'intérêt général, la sauvegarde de notre système de protection français et notre modèle économique.

Les démocrates de tout bord doivent construire un projet commun, responsable, ayant pour objectif le maintien de notre système et la maitrise puis la réduction de la dette.

Un tel projet ne peut se mener qu'au Centre. Tout autre hypothèse serait partisane, c'est évident. Seuls ceux qui n'ont jamais pratiqué l'art du consensus ou de la gestion d'entreprise peuvent avoir un avis contraire. Le courage ou la prise de décision n'ont jamais impliqué de se "marquer" politiquement à droite ou à gauche. Cela, c'est ce que l'on essaye de nous faire croire depuis des dizaines d'années. Charles de Gaulle, dont beaucoup se réclame, a pratiqué cet art de la décision courageuse sans esprit partisan.

Les partis prendront-ils le dessus sur l'intérêt collectif...comme en Grèce ?

A suivre...

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Europe
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 08:41

1154086 irlande-crise-bancaire-reuterscathal-mcnaughton 150Il n'est pas loin le temps où le politique, s'il voulait être à la mode, devait louer les qualités de l'économie libérale socialiste (si, ça existait en Grande Bretagne !). Tony Blair était à la mode. Style décontracté, économie décomplexée, pro-américanisme exacerbé.

Je ne vous parle pas de l'Irlande ! Alors là, ça frolait l'hystérie collective. Rendez-vous compte, un pays parmi les plus pauvres d'Europe qui se développe grâce à la finance, à grands coups de fiscalité paradisio-ficalesque et qui devient THE exemple !

Les médias en tête, les politiques dérrière, se sont dits, mais c'est génial, c'est la fin de l'industrie, plus besoin de créer des richesses, le monde de la finance et l'esprit d'entreprise sans filet, c'est la solution !

Terminons en avec le modèle socio-économique Français poussièreux !

.... et patatra !

 

L'explosion de la bulle financière, la fin du mirage de la consommation à tout crin, la dérégulation des systèmes de protection, ont fait chavirer l'expérience Anglo-saxonne.

Autant, la Grèce a pu passer entre les gouttes ou profiter du silence coupable des décisionnaires Européens, autant l'Irlande, fut une duperie hautement médiatique et largement asumée par tout le monde.

 

L'expérience terriblement humiliante que vont vivre les Irlandais pendant ces prochaines années doit nous rappeler combien il est important de préserver notre système social et économique.

Il doit également nous rappeler la responsabilité qu'ont les gouvernements successifs à tout faire pour assurer la pérennité de nos financements à venir. La réforme des retraites, la réforme de la fiscalité, la réforme sociale, sont autant de sujets qui doivent tous nous rassembler.

 

Les expériences Grecques et Irlandaises sont là pour nous rappeler à cette réalité et pour nous assurer que le miracle économique n'existe pas. Les Allemands nous prouvent chaque jour que seul le travail et la responsabilité sont les clefs pour maintenir notre modèle Français.

 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Europe
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 22:05

belgiqueAllons-nous revenir près de 200 ans en arrière, lorsqu'en 1814, Bouillon était encore Française ? En 1815, elle fut rattachée au royaume des Pays-Bas avant d'intégrer le nouveau royaume de Belgique en 1830.

Rien n'est moins sûr.

Toutefois, les résultats des élections Législatives de ce dimanche ne laisse rien augurer de bon chez nos voisins avec la percée historique des indépendantistes Flamands dans les Flandres.

Autrefois pays de tolérance cité en exemple dans le monde entier, il ne lui reste plus aujourd'hui que cette dernière qualité de ne pas se battre dans les rues. Depuis bien longtemps, on connait l'inimitié qui règne entre les deux populations. L'une, Flamande, en veut encore aux Wallons d'avoir dominé le pays pendant un siècle, l'autre, Wallone, ne supporte plus d'être méprisée comme elle l'est par des Flamands qui font parfois penser à des temps bien sombres où certains peuples étaient déjà persuadés d'être une élite supérieure aux autres ...

 

Combien de temps les Belges vont-ils pouvoir tenter l'impossible en réunissant au sein d'un même gouvernement des peuples que l'on sent s'écarter chaque jour un peu plus. On sait par ailleurs quels dégâts peuvent parfois provoquer les mariages forcés.

Reste que les Français dans un récent sondage Ifop ont appelé majoritairement de leur voeux le rattachement des provinces francophones à la France. On atteint même le score historique de 75% dans les départements frontaliers dont les Ardennes.

C'est vrai que cela ne me déplairait pas, moi, de voir nos amis Wallons revenir en France 195 ans plus tard ! Finalement, il y a tout de même moins d'écart de mode de vie entre un Sedanais et un Bouillonnais qu'entre un Sedanais et un Rémois !

Un bémol à tout cela, et pas des moindres ! il semblerait que les Wallons soient eux un peu moins enthousiastes que nous. sans doute lisent-ils les journaux ....

Ce n'est pas toujours beaucoup plus simple en France malgré notre unité affichée. Nous sommes incapables de trouver le moindre consensus que ce soit pour les retraites, l'équilibre du budget, la réforme des collectivités locales et j'en passe !

D'ici à ce que les Wallons se déclarent indépendants pour s'affranchir des Flamands et éviter les Français, il n'y a qu'un pas ... à suivre !!!

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Europe
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 23:00

greceLa Grèce serait-elle victime d'un euro trop fort comme on l'entend beaucoup ? Pas tout à fait.

C'est un fait que la Grèce, à un moment où sa dette devient insupportable aurait toutes les facilités à dévaluer comme la France le faisait régulièrement autrefois. On dévalue, on relance les exportations, on attire les touristes, selon les emprunts, on peut même faire baisser son endettement et hop ! le tour est joué, c'est reparti pour un tour.

Seulement voilà, les choses ne sont plus si simples. La zone euro a avant tout été construite pour avoir une zone de stabilité monétaire, et pour obliger les pays membres à changer leurs politiques de déficits chroniques utilisées pour compenser l'absence de courage en matière de traitement de ces mêmes déficits.

Le cas de la Grèce est symptomatique. L'euro n'est pas la cause du bourbier grecque. La cause, c'est l'absence de politique de maitrise des déficits depuis des années. La politique de l'autruche, c'est le dada des politiques de tout pays.

L'euro n'a fait que mettre en lumière ce constat de carrence en empêchant la Gréce d'utliser la dévaluation comme seule réponse à ses maux.

L'euro oblige à présent les héllènes à prendre à bras le corps leur déficit tout comme devront le faire rapidement  le Portugal et bientôt la France si elle ne réagit pas.

Dans ce premier cas, l'Europe n'est donc en rien responsable du problème grecque.

 

belgiquePar contre, le cas de la Belgique est peut-être révélateur du contre coup de la protection que représente l'Europe. Pendant des années, chaque pays a du faire face à la menace de ses voisins puis, un peu plus tard, à celui de la guerre froide.

Avec l'avènement de l'Europe, les populations se sentant en sécurité, elles se sont occupées d'elles et ont moins ressenties le besoin d'unité. La Yougoslavie a éclaté, la Tchecoslovaquie s'est scindée, l'Empire soviétique s'est découpé en une multitude de nations.

Plus gênant, les velléités nationalistes descendent jusque dans les pays qui parraissaient les moins exposés. Les Basques, les Corses, les Lombards, etc ... réclament tous un peu plus d'autonomie.

A ce titre, la Belgique semble être le cas le plus compliqué du moment, et pour cause, ce pays est trés jeune et n'a pas à proprement parler d'histoire commune.

Les nationalistes Flamands montent en puissance au fur et à mesure que les Wallons perdent de leur poids économique dans le pays. Pour ma part, je vois, contrairement au problème de la Grèce, un vrai questionnement quant à la responsabilité (pas la culpabilité) de l'Europe sur ce point.

En attendant, dans les Ardennes, nous on les aime bien les Wallons, alors s'ils cherchent un pays d'accueil, bienvenue en France !

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Europe
commenter cet article

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche