Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 12:35

sarko-en-tunisie-2Michèle Alliot Marie a tiré le pompon !

Ministre des affaires étrangères depuis seulement quelques mois, elle a vécu plus de bouleversements que Bernard Kouchner en trois ans de temps. On pourrait dire la même chose de son collègue Alain Juppé qui a remplacé le transparent Hervé Morin au ministère de la Défense, dont on peut raisonnablement penser que seuls sa mère et quelques proches se souviendront encore de son passage au gouvernenement d'ici quelques semaines.

Il faut dire qu'ils sont servisces deux là, avec la Côte d'Ivoire et son président de trop, et maintenant la Tunisie avec un président de moins. Evidemment la solution de facilité serait de proposer à l'un des deux postulants ivoiriens de bien vouloir s'installer en Tunisie mais je sens que ma proposition va être rejetée par quelques esprits grincheux !

Plus sérieusement, particulièrement en Tunisie où les intérêts économiques français sont trés importants, la politique étrangère a du naviguer honteusement depuis des années entre fermer les yeux sur un pouvoir autoritaire non démocratique et une volonté affichée de poursuivre des relations commerciales soutenues.

Le renversement de Ben Ali, dont on remarquera qu'il est passé dans les médias français du statut de président à celui de dictateur en quelques heures seulement, met fortement le gouvernement et le président Sarkozy dans l'embarras. Je ne suis pas spécialiste du Maghreb mais il me semblait bien que nos relations diplomatiques étaient plus cordiales avec la Tunisie et le Maroc qu'avec l'Algérie.

Ce n'est pourtant pas un scoop d'apprendre que le maghreb, dans son ensemble, est un déni de démocratie depuis des dizaines d'années. Demandez aux immigrés arrivés en France ces dernières années ce qu'ils pensent de la repression politique des opposants au pouvoir Algérien ...

Le refus de voir l'avion de Ben Ali atterrir en France nous permet de sauver la face mais avouons que les français n'avaient pas, jusqu'àlors été bouleversé par l'absence de démocratie en Tunisie, lorsqu'ils partaient, par exemple, en masse se faire bronzer le nombril dans les hôtels luxueux et bon marché de la côte nord africaine ! Tout au plus se plaignaient-ils de toutes ces populations indigènes qui venaient les importuner sur le souk local en criant à la misère économique.

 

Toute cela pour dire que le président Sarkozy n'a pas la tâche facile pour sauver la face de la France dans une telle crise. Quelques socialistes se sont déjà largerment fourvoyés dans la crise ivoirienne, il ne faudrait pas que l'autre camp politique s'empêtre dans la crise suivante.

Pour conclure, je remarque deux choses : on n'en finit pas de payer le colonialisme et ses conséquences et dans un second temps, je constate que, malheureusement, la plupart de ces peuples libérés du joug colonial, sont aussitôt retombés dans une nouvelle forme d'esclavage moderne. Je n'ai pas d'explications rationnelles. Je constate. Le départ de l'occupant se solde assez souvent par un pouvoir autoritaire parfois pire, c'est peu dire...

J'espère que nous n'aurons pas droit en Afrique du nord aux tristes exemples de la Yougoslavie ou de l'Irak. Manquerait plus que la Belgique fasse de même .....A suivre ! 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Géopolitique
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 09:06

208407-coteivoireune-jpg 101337

Les derniers évènements en Côte d'Ivoire font à nouveau éclater au grand jour les dégats causés par le découpage géopolitique arbitraire des colons Anglais, Français et plus généralement Européens, en Afrique noire.

Depuis la décolonisation des années 60, chaque tentative d'élections démocratiques finit au mieux en coup d'Etat, au pire en guerres ethniques avec les véritables boucheries que l'on sait.

Dérrière tout cela, revient toujours, ce fameux découpage décidé par les colons, souvent en contradiction totale avec les réalités historiques et ethniques du terrain. Les tribus ont été séparées en deux, trois ou quatre pays différents !

 

A présent, les élections n'ont plus rien à voir avec les impératifs économiques, sociaux ou éducatifs que demanderaient ces nations, mais sont plutôt le théâtre de vieilles rancoeurs entre ethnies qui luttent pour le pouvoir de l'une sur l'autre.

Maladroitement, la classe internationale continue à juger avec un regard colonial en distribuant les bons et les mauvais points alors que nous sommes à l'origine de cette pagaille.

 

Finalement, c'est un peu Ko Lantha l'Afrique. On a séparé des tribus arbitrairement mais elles existent toujours en sous main et sont à l'affut de la première occasion pour se reformer.

Nous avons créé un beau foutoir et, quarante ans plus tard, pouvons encore en mesurer les conséquences. Espérons que les deux candidats Ivoiriens auront la sagesse d'éviter un nouveau bain de sang et nous permettrons de ne pas avoir à faire une nouvelle fois notre mea culpa.

Après, il ne faut pas s'étonner que nous ne soyons pas populaires sur place...

A suivre...

 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Géopolitique
commenter cet article

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche