Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 09:36

P1190953.JPG

En septembre 2010, avec quelques amis, parmi lesquels Christophe Vaucois et André Godin, nous avions décidé de remettre le collier dans le but de rassembler le Centre, éclaté en mille chapelles. C'est en passe de réussir.

L'Alliance Centriste, conduite par Jean Arthuis, dont les statuts précisent qu'elle est soluble dans le Centrisme, nous avaient semblé être le bon outil.

Nous nous sommes donc attachés pendant deux ans à rapprocher nos amis du MoDem de ceux du Nouveau Centre tout en reprenant contact avec les Centristes SDF, orphelins de l'U.D.F..

Je ne parlerai pas des Radicaux ou de la Gauche Moderne, je ne sais pas s'il y a un seul adhérent sur le département.

Bref, de fil en aiguille, après une campagne présidentielle marquée par un net fléchissement de François Bayrou et la non existence du centre droit, les principaux dirigeants de la nébuleuse centriste ont su tirer les conséquences de ce fiasco.

 

Le pays vit une grave crise qui n'est qu'à son commencement.

La gauche modérée à choisi les écologistes et son extrême gauche comme partenaires.

L'UMP se scinde doucement mais sûrement en deux courants : l'un, nationaliste, l'autre, plus modéré.

Le Centre ne pèse objectivement sur aucun des deux grands partis. A gauche, le MoDem est traité avec condescendance. A droite, divisé, nous ne représentons même pas une force d'appoint, ceci, créant les conditions pour une certaine frange d'un rapprochement vers le FN.

 

Au vu des constats ci-dessus, Jean-Louis Borloo (Radicaux), Hervé Morin (Nouveau Centre), Jean Arthuis (Alliance Centriste), Jean-Marie Bockel (Gauche Moderne) et Jean-Christophe Lagarde (FDE) ont décidé de rassembler leur groupuscule au sein d'un centre fort et clairement situé sur l'échiquier : L'U.D.I..

Son positionnement est celui du centre droit, constatant que la gauche a fait le choix de son extrême et que la droite cherche, par contre, un partenaire, capable de leur permettre de reconquérir le pouvoir. Clairement, si le Centre défaille, ce sera la porte ouverte à un rapprochement vers le FN pour une partie de l'UMP. Nous avons donc un rôle important à jouer.

 

Reste en suspens le MoDem dont les paroles du chef inclinent clairement vers un rassemblement, mais dont les actes concrets (non adhésion du Mouvement), laissent à penser que le Mouvement restera en marge de l'UD.I.. Il faudra pourtant trancher en son sein pour savoir s'il accepte la double appartenance à titre individuel ou s'il exige un choix entre lui et l'U.D.I.. Pas facile pour son mentor François Bayrou, compte tenu du poids important que représente ses parlementaires dans le financement de son parti et de son siège parisien. Or, certains commencent à montrer de sérieux penchants pour le rassemblement, fatigués de prendre raclée électorale sur raclée électorale.

 

Et dans les Ardennes, me direz-vous ?

Eh bien, je crois que nous sommes représentatifs du pays. Les militants du Nouveau Centre et de l'Alliance Centriste n'ont eu aucun problème à se rejoindre, tandis que la délégation MoDem, conduite par notre ami Allaoui Darkaoui, était partagé entre ceux qui se félicitaient de la création de l'U.D.I. et ceux qui souhaitaient l'indépendance absolue. Ca sent la scission possible entre adhérents ... et c'est regrettable.

 

Charles de Courson a été trés bon en maitre de cérémonie. Il représente la volonté d'une rigueur budgétaire, d'une liberté individuelle d'entreprendre, d'une solidarité et d'un fédéralisme européen qui me convient parfaitement. en cela, il rejoint Jean Arthuis.

Retenons qu'hier, les présidents du MoDem, de l'Alliance Centriste (Christophe Vaucois) et du Nouveau Centre (Thérèse Girard) étaient assis autour de la même table et que, sur le fond, chacun sait trés bien qu'il défend les mêmes valeurs républicaines, chevillées au corps de tout ceux qui se réclament du Centre.

Saurons-nous passer au delà des postures ? je le crois.

A suivre ! 

 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 13:54

Borloo - bayrouQue faire ?

Voilà une question que doit se poser François Bayrou pour la deuxième fois en quelques mois.

 

Une première fois, il se l'est posé au moment de choisir au second tour de l'élection présidentielle.

Voter blanc à nouveau et laisser faire sans lui ; Voter à droite et faire le choix de l'abdication ou voter à gauche et pousser son Mouvement vers l'acte ultime de divorce avec la droite. Pas simple ..

D'ailleurs, quelques observateurs ont dit qu'il ne savait pas lui-même quel serait son choix deux heures avant de l'annoncer en direct devant les médias. Pour l'instant, s'il a jeté son parti dans les bras d'un homme qui ne voulait que des voix de ses électeurs et qui a expédié toute idée de collaboration avec le MoDem, je ne suis pas si sûr que les débuts tiédassons de François Hollande aient tant déplu à l'homme du Béarn. En effet, lui qui souhaitait de la reflexion et moins de réaction, il est servi !

Pourtant, je ne trouve pas tant de différences que cela entre les deux protagonistes dans la conduite du pays. L'un naviguait à vue de manière violente, l'autre de manière molle ; mais dans les deux cas, cela manque de construction : cela manque de centristes !

 

La seconde fois se présente aujourd'hui sous forme tout aussi cornélienne. Rejoindre l'U.D.I. ou pas ? Etre ou ne pas être, telle est la question.

L'U.D.I. est clairement positionnée au Centre droit. Une droite modérée, refusant les tentations de rapprochement avec l'extrême droite, ouverte au fédéralisme européen, décidée à maitriser la dérive budgétaire coute que coute et prête à procéder aux réformes fiscales et sociales nécéssaires, fussent-elles impopulaires. 

Le MoDem se veut parfaitement au centre, ce qui, à mon grand regret, s'avère impossible ou, au mieux, stérile. Plutôt que d'être parfaitement au Centre, le MoDem est contraint de prendre des séries de positionnements successivement à droite puis à gauche afin de trouver un équilibre gauche-droite. Cette stratégie, palliative de l'impossibilité du centre parfait, a rendu le MoDem quasiment illisible et incompréhensible pour une bonne moitié de l'électorat Bayrouiste.

Du coup, voilà François Bayrou obligé d'entrebailler la porte pour ne pas faire fuir les derniers financeurs du parti que sont les parlementaires du Sénat, tous orientés centre droit.

Réponse de Jean-Luc Benhamias, ouvrons nous vers la gauche ! Ben voyons ... ça va bien arranger la lisibilité du MoDem tout cela ...

Bref, soit François Bayrou rejoint l'U.D.I. et il se dissout avec les quelques troupes qui le suivront encore, fondu au milieu des micro partis centristes, soit il refuse la main tendue et se marginalise encore un peu plus , coincé entre un Centre droit ragaillardi et un PS qui n'a que faire de lui.

 

Les militants fidèles à Bayrou me rétorqueront que l'ind"pendance n'a pas de prix et qu'il faut poursuivre le chemin et patati et patata. Une seule question prévaut : à quoi sert le centre s'il n'est plus jamais aux affaires ?

Hervé Morin, Jean-Marie Bockel, Jean-Christophe Lagarde, Jean Arthuis et Jean-Louis Borloo ont compris cela. Ils ont pour la plupart accepté de ne plus être le numéro un de parti famélique pour devenir les bras armés d'un centre écouté.

Au MoDem, quelques vélleïtés de rapprochement se font sentir. Il serait dommage que le rapprochement ne se fasse pas avec élégance, c'est à dire avec l'accord du taulier. 

 

 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 10:35

UDI.jpgFin des vacances et début des choses sérieuses !

Me voilà de retour sur le blog pour d'excellentes nouvelles ... côté centristes, parce que pour le reste, ce n'est quand même pas bien brillant.

Pour une fois, ce ne sont donc plus les centristes qui se donnent en spectacle mais les deux autres partis dominants. Quoique. Les élections à l'UMP, si elles ne sont pas un long fleuve tranquille, restent tout de même trés corrects et le reflet d'une bonne santé démocratique.

Par contre, au PS ... que dire ... on est trés proche des plus belles heures du communisme soviétique, période flamboyante. Cette bonne Martine a désigné son successeur sans que cela semble choquer outre mesure les militants. La force de l'habitude ? sans doute.

Toutefois, s'il n'y avait que les élections, ce ne serait pas bien grâve. Le pire est à craindre. Nous sommes passés en quelques mois de l'hyper activité Sarko (à la manière du "Magnifique" de Jean-Paul Belmondo : je me plante, je me prends des pelles mais je reste élégant !)  à l'immobilisme poussif du duo Hollande-Ayrault. Bref, on est passé de Zorro le flamboyant  à Flamby le dégoulinant.

Un juste milieu (tiens nous revoilà !) serait parfait.

Plus sérieusement, après quelques mois, on sent clairement une politique gouvernementale qui se cherche, prise entre deux feux : celui des promesses sociales intenables et celui de la réalité froide et sans ambage de la situation économique de notre pays. Le président Hollande louvoie et cela se voit.

Au milieu de tout cela, sans attendre le choix de l'UMP du nouveau supplétif de Nicolas Sarkozy, les centristes se sont enfin entendus. Bientôt six ans que nous attendions cela.

Il a fallu passé par le déclin de François Bayrou pour permettre l'émergence d'un centre uni. C'était sans doute un mal nécessaire. Aujourd'hui, l'U.D.I. est née.

Le Nouveau Centre, l'Alliance Centriste, le Nouvelle Gauche, les Radicaux et quelques autres chapelles ont signé un accord permettant de créer une fédération. De son côté, le MoDem, afin d'éviter une dernière hémorragie fatale, semble se diriger vers une acceptation de double adhésion de la part de ses troupes. Sage décision ... si l'on considère les arrivées programmées d'Alain Dolium ou d'Eric Azières, considérés il y a peu commes des piliers du mouvement Bayrouiste. 

 

Jean-Louis Borloo, Rama Yade, Jean-Christophe Fromentin, Yves Jego, Jean Arthuis, Hervé Morin, Jean-Christophe Lagarde; Jean-Marie Bockel, des dizaines de parlementaires (au moins 70 à l'Assemblée et au Sénat sans parler des dépautés européens), cela a tout de même un peu de poids.

Reste à faire de cet U.D.I. une vraie machine électorale capable de peser lors des élections et de permettre au Centre de retrouver la place qu'il n'aurait jamais du perdre dans les hémycycles. Il est grand temps que des hommes et des femmes qui sachent compter et prendre des décisions courageuses faisant fi des considérations politicardes et n'ayant pour seul objectif que le retour à un équilibre budgétaire permettant de ne pas hypothéquer l'avenir économique et le rayonnement mondial du pays.

Cela passera par plus de rigueur budgétaire, plus de liberté pour les entreprises en matière d'emplois, des transferts de charges de l'emploi vers le capital, des coupes drastiques dans les dépenses somptuaires de l'Etat, des efforts de chacun en matière de solidarité, l'arrêt des niches fiscales clientélistes et, pour finir, par dessus tout, par une vraie marche, volontaire et sans détour, vers une Europe fédérale.

A suivre !

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 10:43

200px-Logo-alliance-centristeRéunis en commission executive au Sénat, les membres de l'Alliance Centriste de Jean Arthuis ont décidé de mettre clairement un point final à l'aventure hyper centre conduite par François Bayrou.

Après que Jean Arthuis ait rappelé les conditions dans lesquels François Bayrou a décidé de faire connaitre son choix au second tour de l'élection présidentielle, il a ensuite relevé que, si ce dernier n'avait pas supporté son appel à voter Nicolas Sarkozy, il n'avait, en revanche, rien trouver à redire à l'appel de Jean-Luc Benhamias pour le candidat socialiste.

Depuis, c'est silence radio au 133, rue de l'université, propriété de l'UDF, faut-il le rappeler ... Alors que le centre droit semble vouloir se réunir à nouveau, quelle tristesse d'entendre que cette adresse pourrait servir à des fins commerciales pour financer les couts fixes du MoDem ....

 

Samedi donc, l'unanimité fut là pour dire stop et rappeler que la vocation de l'Alliance Centriste était d'être un facilitateur entre les partis centristes afin de réussir à réunir toutes ces composantes sous un même toit.

Dans un communiqué de presse rédigé collègialement, notre parti a appelé à un rassemblement de la droite modérée dans un même parti centre droit. Ce dernier pourrait prendre dans un premier temps la forme d'une confédération, sachant que pour Jean Arthuis, ceci n'aurait pour but que de ménager quelques susceptibilités.

Me concernant, je suis plus réservé sur ce dernier point et vois aussi dans ce fonctionnement le moyen pour certains d'entren ous de garder quelques distances avec certains futurs membres de ce parti central comme par exemple Maurice Leroy.

 

Ainsi, l'aventure hyper centriste est close. Faute d'avoir eu un capitaine capable de rassembler au delà de son unique ambition présidentielle et capable de capitaliser sur son score exceptionnel de 2007 et honorable de 2012, l'Alliance Centriste, le Nouveau Centre, les Radicaux de droite et la Gauche Moderne devraient selon toute vraisemblance signer la fin de la récrée.

A nous à présent d'être assez atttractifs pour séduire nos amis MoDem en plein questionnement tout comme certains UMP, qui en cas de victoire de Copé, pourraient également se demander où il vont.

A suivre ! 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 17:58

506495 sans-titreVite ! une chaise que je m'assieds. Incroyable ! les shaddoks seraient sur le point de se rassembler et de pomper tous ensemble, dans le même sens, en oubliant leurs egos, à l'entrée de l'Assemblée Nationale !

Borloo, Morin et Lagarde dans le même groupe. Bel effort.

J'attends avec impatience la décision de Jean Lassalle et son confrère du MoDem. Vont-ils, libérés de François Bayrou, choisir la voie du bon sens ?

Quant à Philippe Folliot et Thierry Benoit, députés de l'Alliance Centriste de Jean Arthuis, leur choix ne fait aucun doute, il vont rejoindre ce groupe centriste.

Si ce groupe devait se confirmer dans cette version étendue, cela confirmerait alors ce que je craignais devoir découvrir ; à savoir que François Bayrou était devenu le facteur divergeant du Centre au lieu d'être, ce qu'il souhaitait ardemment : le facteur convergeant.

Le MoDem a échoué dans son ambition de rassembler le Centre. Il reste toutefois une composante importante de celui-ci composée de militants dont il faut souhaiter qu'ils acceptent de passer du rang de moteur à celui d'acteurs parmi d'autres. C'est pas gagné ! François Bayrou les a habitué à être des leaders d'un centre en décomposition. Accepteront-ils d'être des éléments importants mais non vitaux d'un centre pluriel ?

 C'est à ce prix qu'une fédération du Centre pourra voir le jour. Dans le cas contraire, le Centre indépendant périclitera et vivra en tant que mouvement au sein de l'UMP. S'en sera fini de l'espoir d'une nouvelle UDF, pendant de l'ex RPR.

A suivre !

 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 17:59

200px-Logo-alliance-centristeJean Arthuis, prudemment, n'a pas sonné directement le ralliement à François Bayrou samedi dernier lors du Comité exécutif de l'Alliance Centriste. Pris sous d'autres cieux, je n'ai pu m'y rendre à regret.

Il ne faut pas effrayer l'électeur centriste, parfois encore criantif de voir François Bayrou se caricaturer une nouvelle fois en partant en croisade contre Nicolas Sarkozy, oubliant en chemin ses électeurs, pas forcément plus passionnés par la gauche, dont le mutisme actuel est assez préoccupant en regard de l'actualité pourtant riche en évènements.

Toutefois, les ponts sont jetés entre les deux partis pour organiser l'élection présidentielle à venir et préparer les moyens de réunir les centristes de manière indépendante.

Si l'initiative d'Hervé Morin et de Jean-Louis Borloo était louable, elle n'en était pas moins condamnée à l'échec dès le démarrage, faute de prise d'indépendance face à l'ogre UMP.

Alors que François Hollande peine a passer la deuxième depuis son élection à la primaire tandis que Nicolas Sarkozy a retrouvé de sa superbe, sans doute ragaillardi pas le succès de la Lybie et son action pour sauver l'Euro, l'espace au Centre, porte-voix de la responsabilité budgétaire, s'est soudainement élargi.

François Bayrou et Jean Arthuis peuvent peser lourd, trés lourd, dans une élection où leur effort de vérité devant les français, débuté lors de la précédente élection présidentielle, pourrait bien être récompensé au delà de nos propres espérances.

Plus le temps passe, moins on imagine le pays se passer des seules personnalités politiques qui, sans céder aux sirènes du pouvoir, ont répété sans cesse qu'il fallait s'attendre à ce que la financiarisation outrancière de l'économie et l'indigence des gouvernements successifs conduisent au niveau d'endettement où nous sommes actuellement.

Dans l'hebdomadaire le Point, François Bayrou sort grandi de sa campagne menée en 2007. Cela servira-t-il en 2012 ?

A suivre !

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 14:41

Bayrou - Arthuis

Certains diront qu'en ne prenant pas partie à Angers le 2 juillet dernier, Jean Arthuis a caricaturé l'image du Centriste, incapable de trancher, indécis et trop consensuel pour avancer. Vu de loin, ce raisonnement pourrait se tenir.

Dès que l'on s'approche un peu, il en est tout autrement. Jean Arthuis, au contraire, a tranché courageusement. Il a dit non à une Confédération qui n'aurait d'autre but que de servir d'appoint à une droite qui, depuis quatre ans prend un virage chaque jour plus éloigné des convictions qui sont les fondement du Centrisme.

Indépendance du Centre, ouverture à toutes ses composantes et aucun ralliement avant le second tour : aucune des trois conditions ne sont réunies dans la tentative de Confédération actuellement menée par Jean-Louis Borloo et Hervé Morin, soutenus par Jean-Marie Bockel et Hervé de Charrette.

Chacun des quatre larrons répètent à l'envie qu'ils sont l'aile centriste de la majorité UMP. Hervé Morin exclue même toute union avec le Modem en général et François Bayrou en particulier.

Quant au dernier point, l'entrée de François Sauvadet au gouvernement, à moins d'un an des élections, en dit long sur le ralliement à priori de la Confédération.

C'est à se demander pourquoi ils se donnent tant de mal  à créer les conditions d'une indépendance pour finalement répondre au premier coup de sifflet...

 

En réalité, Jean Arthuis, à quelques mois des Sénatoriales, fait  preuve d'une détermination sans faille en prenant le risque évident de se faire mettre à l'index par toutes les composantes de la droite du centre droit.

Quant au côté consensuel, la recherche de l'équilibre est son obsession, certes, mais uniquement en terme économique, financier et social, jamais en terme de cuisine électoraliste.

 

Pour toutes ces raisons, je me félicite d'avoir choisi cet homme. Il peut donner au Centre le courage nécessaire à certains et la ligne à suivre pour d'autres, sans autre considération que l'impérative nécessité de proposer un autre choix que la droite ou la gauche dont on ne peut que constater amèrement que leurs extrêmes respectifs les ont empêchés depuis des décennies de réaliser les réformes courageuses, nécessaires à notre redressement.

 

Fin des niches fiscales, TVA sociale, Entrée dans le Fédéralisme Européen, alignement des régimes de retraite, Egalité fiscale, Aide à l'initiative et au PME, Régionalisation des pouvoirs de décision, etc....

A suivre.

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 17:00

bernard-bosson.jpgPetit à petit, le paysage du Centre semble se dessiner devant nous.

D'un côté, Jean-Louis Borloo, fort de sa prise d'indépendance vis à vis de l'UMP, Hervé Morin du Nouveau Centre, Herve de Charette et Jean-Marie Bockel de la Gauche Moderne (va falloir penser à changer de nom, ça devient un peu ridicule..), de l'autre le Modem de François Bayrou que rejoindront prochainement, je le souhaite, Jean Arthuis de l'Alliance Centriste et quelques libres penseurs comme l'ex ministre Bernard Bosson, tout fraichement déclaré dérrière le candidat orange pour la prochaine présidentielle. 

Au grand regret de Jean Arthuis, il semble que la grande Confédération centriste dont il rêve passera avant par une déculotté du centre droit en 2012, encore persuadé de pouvoir dépasser les 8% syndicaux du centre droit qui forment l'étiage habituel de cet électorat.

Jean Arthuis a placé comme préalable indiscutable à l'adhésion de l'Alliance Centriste, le postionnement au Centre, l'ouverture à toutes les composantes quelles qu'elles soient et le refus de toute allégeance à priori.

En se réclamant du Centre droit, Jean-Louis Borloo tue dans l'oeuf toute possibilité de victoire. D'ailleurs, je fais partie de ceux qui pensent qu'il n'ira pas au bout. Il se coupe d'une trop grande partie de l'électorat potentiel.

Celui qui représentera le Centre lors de la présidentielle 2012 sera François Bayrou. Pour cette raison, il a le devoir de rassembler le plus largement possible et d'ouvrir sa porte à tous les centres comme il a su le faire lors de l'inauguration des nouveaux locaux du 133, rue de l'Université.

 

François Bayrou a peut-être une charge sur ses épaules encore plus importante que la dernière fois mais aussi, une chance inespérée de créer une énorme surprise entre un PS tenté par une défaite avec Martine Aubry et une droite étriquée et usée par un mandat Sarkosien.

A suivre !

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 12:39

arthuis---bayrou.jpg

Décidément, je me retrouve parfaitement dans la ligne politique de Jean Arthuis. Pour les mêmes raisons que lui, j'ai choisi de ne pas rejoindre le Modem à la disparition de l'UDF tout en n'adhérant pas au Nouveau Centre, et encore moins à l'UMP;

En 2010, j'ai pris la décision de reprendre du service en politique en rejoignant l'Alliance Centriste de Jean Arthuis dans l'unique but de réunir à nouveau la diaspora centriste, éclatée du Modem de François Bayrou aux ex-CDS noyés à l'UMP.

Précisant sans cesse que son petit Parti est soluble dans le centrisme, Jean Arthuis oeuvre sans relâche pour que tous comprennent l'impératif de laisser leurs égos surdimensionnés à l'entrée et de dépasser leurs différends  pour que naisse enfin une troisème force indépendante.

 

Le recentrage du Nouveau Centre depuis le dernier remaniement gouvernemental, la récente prise d'autonomie (peut-on parler d'indépendance ?) des radicaux de Borloo, étaient incontestablement des avancées importantes pour la réussite de cette Confédération centriste.

Malheureusement, là s'arrêtent pour l'instant les satisfactions. Le Modem de François Bayrou, qui s'est largement recentré depuis un an après une tentation de virage à gauche (sorte de pendant du Nouveau Centre pendant trois ans), a été exclu des discussions.

Il est vrai que François Bayrou n'a pas été trés tendre pour les Radicaux et ex amis du Nouveau Centre en leur reprochant vertement de pencher à droite avant même d'être au Centre. Il n'a pas tort mais, il faut l'avouer, ne fait aucun effort pour un rapprochement.

Au milieu de tout cela, Jean Arthuis et ses quelques centaines de centristes convaincus, sont bien mal à l'aise. Tous souhaitent ardemment le rassemblement et ne peuvent que constater le mise à l'écart du Modem et, automatiquement, l'impossibilité de rassembler tous les centristes.

Sagement, Jean Arthuis a choisi de faire un pas en arrière en renouvelant son préalable à toute intégration dans une Confédération : l'accueil de tous les centristes sans exclusive.

L'Alliance Centriste a une ligne de conduite extrêmement claire : le Centre doit être indépendant et il ne saurait y avoir d'indépendance en déclarant allégeance à un camp ou un autre avant même le premier tour.

Ce qui sépare actuellement le Modem du parti de Jean Arthuis tient dans la conduite au second tour. Pour gouverner, il faut des accords de second tour qui permettent d'intégrer une partie de nos propositions dans le programme de gouvernement de l"un ou l'autre des camps. Cette option n'a pas été celle de François Bayrou en 2007 qui avait choisi le "ni-ni". Le Modem est voué à disparaitre des collèges élus s'il ne change pas d'optique.

Toutefois, même si je suis largement favorable au rassemblement de tous, de Bockel à Méhaignerie en passant par Bayrou, Morin ou Borloo, à choisir, en l'état actuel des choses, je préfère que l'Alliance Centriste s'accorde avec le Modem de François Bayrou plutôt qu'avec la Confédération des Centres dont un des portes paroles n'est autre que Maurice Leroy (on croit rêver !).

François Bayrou est indépendant, nul ne peut le contester. Jean Arthuis l'est tout autant. Hervé Morin, Jean-Louis Borloo peuvent-ils affirmer la même chose ? je le souhaite lep lus rapidement possible.

Les aventures Strauss-kahniennes ouvrent une véritable voie pour les centristes. A eux d'être capable de proposer, unis, cette alternative ou de se rendre ridicules, divisés.

A suivre.

 

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 17:28

Borloo---bayrou.jpgLe centriste, c'est comme un tueur en série. Longtemps, il reste calme, il encaisse, et puis un jour .... c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, il n'en peut plus et passe à l'acte. Froidement, méthodiquement, il dépèce ceux qui l'ont raillé si longtemps sans qu'il réagisse. (Ca fout les chocottes mon truc !)

Fallait pas nous énerver ! François, il ne manque plus que toi pour qu'enfin, les démocrates centristes puissent appuyer une politique sur le fédéralisme Européen, la responsabilité budgétaire, l'aide aux PME-PMI, l'humanisme, la fin des niches fiscales, la mise en place d'une TVA sociale et tant d'autres points qui nous réunissent tous.

Paru dans le Figaro

Après avoir annoncé son départ de l'UMP, Jean-Louis Borloo a réuni mardi ses soutiens.

Le centre s'organise à marche forcée. Réunis mardi soir en séance plénière, les représentants des cinq formations fondatrices de la confédération centriste se sont mis d'accord sur les grandes lignes de ses futurs statuts et de sa charte des valeurs. Avant cette séance, une réunion restreinte a eu lieu entre Jean-Louis Borloo pour le Parti radical, Hervé Morin pour le Nouveau Centre, Jean-Marie Bockel, président de la Gauche moderne, Jean Arthuis au nom de l'Alliance centriste et, dernier en date des «conspirateurs», Hervé de Charette, président du club Perspectives et réalités qui se revendique dépositaire de la marque UDF. Ensemble, ils se sont penchés sur les points les plus délicats de leur projet. Pour la présidentielle de 2012, ils ont retenu une formulation peu contraignante: «La direction nationale détermine les modalités de consultation des instances et/ou des adhérents des formations politiques qui constituent la confédération.» Autre sujet sensible: le statut des centristes membres de l'UMP et décidés à le rester jusqu'en 2012, comme Pierre Méhaignerie. Ils devraient être considérés comme des «membres associés» mais ne feraient pas partie des instances décisionnaires et n'auraient pas de droit de vote. Le principe des adhésions directes à la confédération a lui aussi été écarté.

Ces règles sont de toute façon destinées à être transitoires, jusqu'à l'élection présidentielle. D'ici là, la confédération devrait fonctionner avec cinq vice-présidents - Borloo, Morin, Bockel, Arthuis et Charette -, un secrétaire général, deux porte-parole (dont le numéro 2 du Parti radical, Laurent Hénart), un bureau national composé de 150 membres (de droit ou désignés par leurs formations respectives) et un conseil national de 2000 à 3000 membres. Une commission électorale provisoire doit être rapidement mise en place pour décider des investitures aux sénatoriales de septembre. «On peut travailler ensemble avant même l'inauguration de la structure», explique le président exécutif du Nouveau Centre, Jean-Christophe Lagarde, ajoutant: «On a le droit d'être intelligents en accordant nos violons sur les investitures, en évitant de présenter les uns contre les autres des candidats aux sénatoriales ou aux législatives.»

«Garde-fou»

En revanche, le nom de la future formation n'est pas encore choisi. Jean-Louis Borloo l'avait baptisée «Alliance républicaine, écologique et sociale» la semaine passée sur France 2. «Mais cela n'a pas été débattu, explique le président exécutif du Nouveau Centre, Jean-Christophe Lagarde. Quand nous en serons là, nous aurons bien travaillé.» La prochaine étape de la mise en route de la confédération passe par les réunions des instances des différents partis qui la composent. Le Nouveau Centre, qui a lancé une consultation préalable de ses adhérents via Internet, se réunira en conseil national à Versailles le 7 mai. Les instances du Parti radical décideront les 14 et 15 mai si elles officialisent la rupture avec l'UMP comme son président l'a fait la semaine passée. Mais, dès samedi, les jeunes radicaux voteront la séparation et leur rattachement à la future confédération. La Gauche moderne, elle, décidera de sa position lors d'un conseil national le 28 mai.

Tous ont un objectif bien en tête: celui de constituer dès 2012 une alternative à droite «à une UMP en voie de déliquescence», selon Lagarde. «Quand le candidat UMP a entre 15 et 20% dans les sondages, toute autre candidature devient quelque chose d'extrêmement sérieux, une alternative et pas une candidature supplétive», fait valoir Morin. «Pratiquement toutes les élections de la Ve République ont vu l'émergence de coalitions au second tour, soutient Lagarde, le numéro 2 du Nouveau Centre. C'est très sain car les coalitions servent de garde-fou. Non seulement la stratégie du parti unique pousse à tous les excès extrémistes, mais elle a fait la démonstration de son inefficacité électorale. Depuis 2007, on a vu l'UMP passer de 31% à 19% et se réduire à ce qu'était le RPR.» L'idéal serait-il alors un nouveau mandat de Nicolas Sarkozy avec une majorité centriste? «Non, l'idéal serait un mandat de Jean-Louis Borloo qui s'appuierait sur une alliance du centre avec l'UMP», rétorque Jean-Christophe Lagarde. Les centristes n'ont jamais été aussi clairs

Repost 0
Published by Olivier LAURANT - dans Rassemblement du Centre
commenter cet article

Le Blog D'olivier Laurant

  • : Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • Le blog d'Olivier Laurant - Centriste Ardennais
  • : Billets d'humeur d'un Centriste libre.
  • Contact

Recherche